Un ancien Témoin de Jéhovah au sujet de son retrait!

Un ancien Témoin de Jéhovah au sujet de son retrait!

"J'étais esclave de cette idéologie"

Oliver Wolschke a vécu selon les enseignements de Jéhovah pendant plus de deux décennies : L'absence de relations sexuelles avant le mariage et la croyance en la fin imminente du monde ne sont que deux des nombreux aspects qui ont déterminé sa vie quotidienne. Mais pour ses propres enfants, il souhaitait une vie différente. Il a quitté la secte - et a beaucoup perdu avec cette décision. À l'âge de neuf ans, Wolschke sonna pour la première fois à la porte afin de transmettre le message de Jéhovah à des étrangers. "J'avais déjà été formé à de si petites manifestations, comment répondre aux rejets, aux objections, comment initier une telle visite de mission ", se souvient le jeune homme de 32 ans dans une conversation avec le "Stern". Puis il a prié un texte mémorisé d'un ton amical : Nous sommes venus à votre porte aujourd'hui parce que nous avons remarqué que les gens croient de moins en moins en un Dieu..." - Mais à ce moment-là, ils lui claquaient souvent la porte au nez. "Aujourd'hui, je suis étonné d'avoir cru tout ça." Pendant plus de vingt ans, Wolschke a vécu dans la ferme croyance que Dieu tuerait un jour tous les incroyants par son fils Jésus Christ sous la forme de l'archange Michel. Les Témoins de Jéhovah, par contre, survivront à cette bataille décisive, aussi appelée Armageddon - un véritable lavage de cerveau qui a déterminé sa vie. "Aujourd'hui, je suis étonné d'avoir cru tout cela et bien plus encore, d'avoir bavardé, de n'avoir jamais remis en question ce qu'on nous avait dit ", a admis Wolschke à la " star ". Aujourd'hui, quelques mois après son départ, l'employé de l'éditeur se considère rétroactivement comme un "esclave de cette idéologie". "D'un côté, vous vivez une vie normale en tant que Témoin de Jéhovah, vous planifiez des vacances, vous faites quelque chose avec des amis - et pourtant, chaque jour que vous pensez, Armageddon viendra bientôt, " dit le jeune homme. De plus, les différences par rapport à ses connaissances non-Jéhovah étaient perceptibles dans la vie de tous les jours : Il n'était pas question pour lui de participer à la fête de Noël de l'entreprise ou de féliciter un collègue pour son anniversaire. Ses enfants n'avaient pas le droit de peindre des œufs de Pâques, seulement des pierres. Bien qu'il ait trouvé beaucoup de choses difficiles même dans son enfance, lui et sa femme ont d'abord élevé leurs propres enfants selon les règles de Jéhovah : " Quand il s'agissait de peindre des œufs de Pâques, nous avons dit, peint des pierres. S'il y avait une fête de Noël à la maternelle, nous n'avons pas laissé notre fils entrer à la maternelle ce jour-là ", a-t-il admis. Entre-temps, Wolschke le regrette. Sa femme, d'ailleurs, n'était à l'origine pas un témoin elle-même, c'est pourquoi il a été rejeté par la communauté : "Il ne faut pas avoir de contact étroit avec les incrédules. J'étais exclue parce que je vivais alors avec elle" - parce que cela incluait bien sûr aussi les rapports sexuels prénuptiaux. Wolschke se tenait entre la femme de sa vie et sa foi, qu'il ne voulait pas abandonner à ce moment-là. Le dernier tournant s'est produit des années plus tard. Il avait honte, montrait des remords devant les "tribunaux internes" de la communauté de foi. Mais quand les trois aînés lui ont finalement donné le choix : "Toi ou nous", il a choisi sa femme actuelle. Tout sauf une décision facile : "J'aimais ma femme, je ne pouvais pas vivre sans elle. Mais j'étais encore un profond Témoin de Jéhovah à l'intérieur. J'ai été exclu, mais je ne voulais pas l'être. Une situation de terreur psychologique à plusieurs niveaux", a-t-il expliqué au magazine. Parce qu'une fois que vous êtes exclu, tous les contacts sont rompus. "Plus personne ne te connaît. Ta propre mère ne te parle plus. C'est tellement triste. D'un jour à l'autre, votre environnement social a disparu. Cette situation était insupportable pour moi ", a dit M. Wolschke. Cependant, il n'a pu renoncer définitivement aux Témoins que des années après la naissance des deux enfants en 2011 et 2013 - après que sa femme eut rejoint la secte entre-temps : " Cela m'a rendu plus réfléchi, par exemple dans cette affaire : les Témoins de Jéhovah rejettent les transfusions de sang, " dit-il. Cependant, il ne refuserait jamais une transfusion à ses propres enfants. Wolschke considère les enseignements de Jéhovah comme des "absurdités" rétrospectives. Aujourd'hui, le jeune homme ressent une grande partie de ce qu'il a cru pendant toutes ces années comme des "absurdités" et conseillerait à tous ceux qui sont encore emprisonnés dans ce "monde parallèle" de partir. "Il y a des gens chers dans l'organisation ", a souligné M. Wolschke lors de l'entrevue. "Mais l'organisation elle-même est - comme je le vois aujourd'hui - totalitaire dans sa revendication, elle essaie de posséder ses membres physiquement, mentalement, moralement, émotionnellement". Note de la rédaction : Dans une première version de l'article, il avait été déclaré que Wolschke n'aurait pas dû boire d'alcool. Wolschke le contredit dans une déclaration : " Les Témoins de Jéhovah peuvent boire de l'alcool. J'ai aussi bu de l'alcool."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *